Des policiers excédés par la chasse aux sans-papiers

7 déc

Il reste 25 jours pour remplir les objectifs fixés par Brice Hortefeux. Ceux d’expulser 25 000 immigrés en situation illégale en 2007. Dans cette dernière ligne droite, la pression exercée sur les agents par la hiérarchie est quotidienne. Antoine, agent de la police nationale dont le prénom a été modifié par souci de confidentialité, ainsi que les syndicats de police, expriment leur ras-le-bol.

Pour la police, les contrôles d’identité ciblés deviennent insupportables.

Pour la police, les contrôles d’identité ciblés deviennent insupportables. 

«Les flics sont partout en ce moment, ils nous guettent. Allez sur le cours Victor Hugo pour voir. Ils savent que les sans-papiers traînent par là, ils ne font que monter et descendre le cours pour les arrêter.» La confession nous est faite, par Erdem, 27 ans, un habitant de Saint-Michel. En effet, les policiers quadrillent le terrain. Brice Hortefeux, le ministre de l’immigration et de l’identité nationale a été clair mi-septembre, dans les directives transmises aux préfets. 25 000 expulsions d’immigrés en situation irrégulière, c’est l’objectif pour l’année 2007. Et à un mois du terme de l’année civile, le compte n’y est pas. Le dernier point fait état de 18 500 expulsions début novembre…Du coup, la hiérarchie met la pression sur les fonctionnaires pour améliorer leur ratio quotidien. Et certains policiers en ont ras-le-bol. Antoine* 46 ans, agent de la police nationale depuis 24 ans, nous confie sa vision du métier : «Ce n’est pas en interpellant à tout va des gens, qui même en situation irrégulière, sont parfois extrêmement bien intégrés, qu’on va redonner aux citoyens confiance en la police. La politique de ce gouvernement en matière d’immigration est une vaste connerie. Personnellement je vis de plus en plus mal ce métier, si c’est pour détruire la vie des gens au lieu de la servir…Parfois je pense sérieusement à me barrer.»

«Quand les supérieurs nous donnent certaines directives, on a le moral dans les chaussettes.»

Antoine parle en son nom, mais assure qu’il n’est pas le seul dans cet état d’esprit. «J’ai certains collègues qui partagent mes opinions. On se comprend. Quand les supérieurs nous donnent certaines directives, on a le moral dans les chaussettes.» En effet, les pressions venant directement du ministère existent, même si dernièrement elles se font plus discrètes comme nous l’explique Philippe Rolland secrétaire régional de l’UNSA-Police. «Depuis la grande convocation des préfets par Brice Hortefeux mi-septembre pour réaffirmer l’objectif, ils se sont un peu calmés. D’autres problèmes majeurs occupent le gouvernement, notamment celui du pouvoir d’achat. Un problème qui touche également les fonctionnaires de police. On ne peut pas leur demander toujours plus, sans leur accorder des augmentations de salaires. Je pense qu’ils ont compris qu’il ne fallait pas en rajouter.» Pourtant, le métier de policier a ceci d’ingrat, qu’il est impossible pour les fonctionnaires de transgresser les ordres.

Un délit de sale gueule de plus en plus orienté vers les populations africaines.

Alors comment un policier résolument contre cette politique du chiffre s’accommode-t-il du quotidien ? «On peut difficilement désobéir. En revanche, à la fin de l’année une prime est accordée par Paris aux commissariats obtenant les meilleurs résultats dans tous les domaines, pas seulement pour la question des sans-papiers. Je n’exclue pas de refuser la prime symboliquement. Cette politique d’agiter la carotte aux plus prolifiques, est une porte ouverte aux débordements. Je ne suis pas étonné que certains tombent dans le délit de sale gueule pour augmenter les stats. Et l’on sait que Nicolas Sarkozy veille particulièrement aux stats» explique Antoine. Un délit de sale gueule de plus en plus orienté vers les populations africaines, «puisque désormais les pays de l’est dont la Bulgarie et la Roumanie font partie de l’union européenne. On m’a déjà clairement dit de contrôler en priorités les africains.» En finissant cette phrase, Antoine semble être au bout du rouleau. Même si la douleur et les conséquences ne sont évidemment pas comparables, il n’y a donc pas que les immigrés qui souffrent de la politique de Brice Hortefeux.

Willy Le Devin

A lire également « La grogne du syndicat UNSA-Police« . Le secrétaire régional d’UNSA-Police, Philippe Rolland affirme ses craintes face à la politique d’immigration de Brice Hortefeux, et apporte des précisions quant au système des primes attribuées au mérite.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :